Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Salon International des Technologies, le challenge de Hassan Syllah Bakari

Au cours d’un point de presse, organisé le 28 mai dernier à N’Djaména, le Ministre de la Communication rêve grand quant à la réussite du SITIC.

Par Fernande Fexaude

Quelques mois, après avoir réussi à organiser avec brio le Rapaf, Hassan Syllah Bakari, Ministre de la Communication se fixe un autre challenge. S’il parvient à gagner ce pari, Hassan Syllah Bakari drainera dans la capitale tchadienne plusieurs personnalités du monde entier engagées dans la Technologie de l’Information et de la Communication prévu courant septembre 2014 à l’occasion du Salon International des Technologies de l’information et de la Communication (SITIC). Dans sa présentation le conférencier, M. Mahamat Charfadine, informe que plusieurs activités sont prévues à cet effet. Selon lui, il s’agit des expositions, ateliers, conférences thématiques. Dans sa communication, M. Charfadine rassure qu’à l’issue de cette rencontre, le Tchad va s’en sortir avec le Centre Africain des Technologies et de l’Information (CATI). Et Sylla rêve grand « Ceux qui cessent de rêver, cessent de vivre. Sous la clairvoyance du Chef de l’État tous les actes posés se sont concrétisés. En 2008, lorsqu’on nous avons posé les pierres pour la construction des viaducs, beaucoup n’ont pas cru, mais aujourd’hui, les rêves se sont concrétisés », martèle Sylla d’entrée de jeu. Dans son speech, le Président de la Commission interministérielle d’Organisation du SITIC, Hassan Syllah Bakari s’est réjouit des grandes réalisations faites par le gouvernement pour améliorer le climat des affaires. Il énumère entres autres, la création de l’Agence Nationale des Investissements et des Exportations, l’utilisation de la fibre optique, les taxes sur les transports aériens réduites et les Licences 3G et 4G qui donnent ainsi l’accès à la large bande aux citoyen. Dans cette logique, Sylla n’oublie de citer le Plan National de Développement (PND) 2013-2015, qui annonce un coût indicatif des investissements dans le secteur des Tics et le neuvième point des Objectif du Millénaire pour le Développement (OMD). « Ensemble avec le secteur privé, faire en sorte que les avantages des nouvelles technologies, en particulier des technologies de l’information et de la communication, soient accordés à tous », rappelle Sylla qui soutient par la suite que le taux de pénétration en téléphonie mobile dans notre pays est ainsi passé de 3, 7% en 2005 à plus de 35% en 2013. Parlant du Salon International des Technologies de l’Information et de la Communication, le conférencier informe que le but est d’intégrer le Tchad dans le réseau international haut débit en fibres optiques. L’auteur de la fameuse maxime « l’OPJ, toujours dispo ! » rassure que, la première au Tchad vient confirmer la vocation de notre pays à être au centre des Technologies de pointe sur le continent africain. « Telle est en tout cas l’ambition légitime du Tchad réaffirmée en cela par les orientations stratégiques données par le chef de l’État qui ne demande qu’à être concrétisées », a-t-il lancé. Un Salon qui naitra CATI et une télévision africaine En effet, ce Salon International sur les Technologies de l’information et de la communication couvrira, selon le conférencier un large spectre de compétences liées à l’évolution technologique et sera l’occasion de réfléchir en profondeur, sur la mise en place des conditions de professionnalisation et de dynamisation de la formation des étudiants dans le domaine des TIC. « Ce sera le lieu de présenter et apprécier les réponses à l’appel à projet du « Centre Africain des Technologies de l’Information et de la Communication (CATI) que le Tchad se propose de créer pour devenir ainsi le Hub en la matière au niveau continental », rêve-t-il. D’après lui, le CATI sera la référence du Tchad dans l’évolution technologique. Car toutes les recherches dans le domaine des TIC y seront conduites par les experts de toutes nationalités. Une télévision internationale verra le jour avec appel à candidature de différentes compétences africaines pour y travailler », informe Sylla qui poursuit que le CATI apparait dés lors, comme un méga projet qui tient à cœur le Président de la République dans sa volonté politique constamment réaffirmée, de réaliser ses rêves pour la place du Tchad au sein des pays en développement d’Afrique et du monde. Fernande Fexaude

Partager cet article

Repost 0