Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Des ong de la société civile plaident pour le sort d'un condamné à mort  en Mauritanie
COMMUNIQUÉ DE PRESSE 10 MARS 2015

Mauritanie : la condamnation à mort du blogueur Mohamed Mkhaïtir pour apostasie doit être annulée

  La Mauritanie doit libérer immédiatement et sans condition un jeune blogueur condamné à mort pour apostasie il y a plus de deux mois, ont déclaré conjointement Amnesty International et 23 organisations ouest-africaines et internationales de la société civile. Mohamed Mkhaïtir, un blogueur de 29 ans, a été en détention provisoire pendant près d'un an avant d’être condamné à mort par le tribunal de Nouadhibou, ville du nord-ouest de la Mauritanie, en décembre 2014. Pendant le procès, le juge lui a indiqué qu'il était accusé d'apostasie pour avoir « tenu des propos légers » au sujet du prophète Mahomet dans un article d'opinion publié sur Internet. Mohamed Mkhaïtir y critiquait les personnes qui s'appuient sur l'islam pour marginaliser la caste des forgerons en Mauritanie. Dans leur déclaration, les 24 organisations de défense des droits humains, qui défendent la liberté d'expression et d'information, décrivent Mohamed Mkhaïtir comme « un prisonnier d'opinion qui n'a commis aucune infraction et n'a fait qu'exercer pacifiquement son droit à la liberté de pensée, de conscience, d'expression et de religion ». En outre, les organisations insistent sur le fait que le recours à des sanctions pénales pour imposer des convictions religieuses constitue une violation du droit international et, en particulier, de la Charte africaine des droits de l'homme et des peuples, à laquelle la Mauritanie est partie. Mohamed Mkhaïtir est la première personne condamnée à mort pour apostasie depuis que la Mauritanie a accédé à l'indépendance, en 1960. Par ailleurs, sa condamnation intervient à un moment où la liberté d'expression est de plus en plus menacée en Mauritanie : depuis janvier, trois défenseurs des droits humains – dont un dirigeant de l'opposition – purgent une peine de deux ans d'emprisonnement pour avoir organisé des manifestations contre la pratique de l’esclavage. Les 24 organisations considèrent la peine de mort comme le châtiment le plus cruel, inhumain et dégradant qui soit, et elles s’y opposent de manière systématique, quelles que soient la nature ou les circonstances du crime commis et la méthode d'exécution et indépendamment de la culpabilité, de l'innocence ou de toute autre situation du condamné.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :