Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nairobi) – Les forces de sécurité burundaises devraient faire preuve de retenue pendant les opérations de recherche d’armes illégales dans la capitale, Bujumbura, et ne devraient pas se servir de ces opérations comme d’un permis de tuer. Le président Pierre Nkurunziza a averti le 2 novembre 2015 que toutes les personnes qui ne remettraient pas leurs armes avant le 7 novembre seraient « puni[e]s conformément à la loi anti-terroriste et combattu[e]s comme des ennemis de la nation ». Il a indiqué aux forces de sécurité qu’elles pourraient utiliser tous les moyens à leur disposition pour trouver ces armes et rétablir la sécurité. Les opérations de recherche ont démarré le 8 novembre. « Les discours irréfléchis et menaçants du président et d’autres représentants du parti au pouvoir ont suscité la panique », a indiqué Daniel Bekele, directeur de la division Afrique à Human Rights Watch. « Les forces de sécurité burundaises sont responsables de nombreuses violations des droits humains commises au cours des derniers mois, cependant les autorités se contentent souvent d’imputer la responsabilité à des ‘criminels’ et ‘terroristes’ et passent sous silence le recours à une force meurtrière par les forces de sécurité. »

Lire la Suite en cliquant sur le lien ci-dessous.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :