Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Coup KO dès le 1er Tour pour Deby : 52%
Par Tchadactuel

 Le dicton populaire dit : « l’habitude est une seconde nature ». Ainsi la fraude est devenue un phénomène systémique. Après 26 ans de règne, les mécanismes de la fraude se sont développés d’une élection à une autre ; de même les outils utilisés et la démarche suivie ont bien embrassé l’évolution de la technologie et de la modernité du moment. Ce fut d’abord au début du règne, la création des groupes chargés d’intercepter et de falsifier les PV remis par les présidents des régions à la CENI centrale, et puis la décentralisation de ces groupes : des centaines d’individus munis des faux procès et chargés des mallettes remplies du CFA qui accompagnent toujours les présidents des bureaux de votes, de fois ils se font passer pour des agents de sécurité, de l’ANS, observateurs locaux ou envoyés par telle ou telle autorité. Leur rôle c’est d’intervertir au moment opportun pour soustraire les PV authentiques pour les remplacer par des vrais faux PV. Les observateurs nationaux et internationaux ne verront rien d’anormal, parce que tout se passe sans aucun incident devant leurs yeux : les votes, la proclamation des résultats, la distribution des PV signés aux représentants des partis politiques . . . . . etc…Etc. En fait, La méthode décrite ci-dessus implique une longue chaîne d’intermédiaires, entrainant une distribution des moyens conséquents, sans parler de lots de paperasses à transporter et à transvaser. Tout cela risque d’être découvert avec le temps. Alors pour 2016, les stratèges du MPS à la CENI semblent passer à une autre étape plus sophistiquée : tout se fera, se passera au niveau de la CENI centrale. Connaissant les nombres des bureaux de vote, le nombre des inscrits par bureau et enfin le nombre des candidats, ce serait donc un jeu d’enfant de rester devant son ordinateur et partager les voix aux différents candidats et obtenir un vote virtuel réel. C’est ce qui est en train d’être concocté à l’heure actuelle à la CENI. Deby serait mis au courant et une démonstration lui aurait déjà été faite. Dès le 1er tour, Deby passera avec 52% et le conseil constitutionnel ramènerait ce chiffre à 51,3 …%. Selon les spécialistes en la matière, la gestion d’après les votes qui se pose comme problème à plusieurs inconnues. Hormis toute autre éventualité, c’est la réaction de la rue qui serait à craindre. Face à cette éventualité deux groupes s’opposent. Le 1er groupe pense qu’aux coups tordus il faut des bâtons tordus, en ce sens qu’il faut utiliser des gros moyens coercitifs pour étouffer dans l’œuf toute contestation sans tenir compte les tintamarres des ONG locales et de leurs relais en occident. L’autre groupe plus conciliant, composé surtout de jeunes militaires et de policiers qui craignent un débordement qui les entrainera devant la CPI, ceux-là pensent qu’il faut plutôt utiliser des moyens dissuasifs concomitamment avec l’achat des consciences comme par le passé. Mais sur le terrain, les choses se passeront exactement comme si cette stratégie du coup KO dès le 1er tour n’existe pas, cela aussi fait partie intégrante de la stratégie : campagne intensive, nombreuses délégations à l’intérieur du pays, création des nombreux bureaux de soutien, de la CENI parallèle et finalement un vote apaisé avec des PV acceptés et signés par toutes les parties sous la supervision des observateurs internationaux. De la poudre aux yeux des tchadiens et des observateurs internationaux. 

Correspondance particulière N’Djaména – Tchad