Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Tchad : HAOUA GAMANE réussie à « crucifier » « Mahamat Mamadou Adji
Par Armand Djimassal à N'Djamena. La course à la succession du président du Conseil économique, social et culturel du Tchad est lancée. Mahamat Mamadou Adji, en poste depuis le 16 novembre 2015 a été demis de ses fonctions. A l’origine de son débarquement, un conflit larvé qui l’opposait à sa vice-présidente, « la toute puissante » Haoua Gamane. Aux dernières nouvelles, Abderahman Moctar a été désigné membre du Conseil économique, social et culturel. Sûrement, qu’il sera catapulté à la tête de cette institution. Quelles sont donc les raisons qui ont précipités le départ de Mahamat Mamadou Adji ? De bonnes sources, le transfuge du RDP, (NDLR, le Rassemblement pour la démocratie et le progrès, dirigé par Lol Mahamat Choua) a initié une série de reformes au sein du CESC. Réformes qui risquaient de coûter son poste à la Vice-présidente Haoua Gamane. Informé par le biais d’une fiche, le président Déby aurait même marqué son accord. Mais, dame Haoua Gamane, sentant sa fin venir, a décidé d’interrompre le processus. Fort de ses nombreux soutiens (Elle notamment soutenue par Daoussa Déby, le frère de l’autre et Mahamat Zène Bada, le tout nouveau Sg du MPS), elle a réussie son pari : obtenir la tête de son président. Et ce avec également le concours de son réseau officieux au sein de la Présidence. « Mahamat Mamadou Adji a creusé sa propre tombe. Il ne savait pas à qui il avait à faire », se vantait-elle il ya de cela quelques jours devant des visiteurs. Incompétence notoire, et malversations financières En plus de son incompétence notoire, Haoua Gamane, serait également coupable de nombreuses malversations économiques et financières au sein de cette institution de la République. « Elle a profité du décès de feu Mahamat Ali Abdallah Nassour, l’ex président de l’Institution pour siphonner les caisses du Conseil économiques et sociale », nous a confié un des membres du bureau du CESC. Mahamat Mamadou Adji a certainement oublié que sa Vice-présidente a des bras plus longs que les siens. Connu comme étant une femme aux cuisses légères, Mme Gamane est issue de la « race aryenne ». Donc, intouchable. Et elle vient d’ailleurs de le prouver éloquemment. Comme quoi, tous les moyens sont bons pourvus qu’ils soient efficaces dans le marigot politique du MPS, le Mouvement patriotique du Salut au pouvoir. La compétence ne suffit pas. Il faut appartenir au clan, à la famille du président et de son épouse. Au pire des cas simplement intégrer le cercle mafieux de la galaxie mafieuse du MPS, et du pouvoir. Une fois intégrer le cercle, devenir un détourneur invétéré de fonds public pour espérer gravir tous les échelons. Le cas Haoua Gamane est révélateur. Elle a été nommée à la vice-présidente de cette institution, à la place d’une juriste chevronnée, Dr Hélène Lambatim Nadjilengar. Inutile donc de revenir sur son profil. Question : Idriss Deby Itno aime t-il réellement le Tchad, comme il clame à souhait ? Quant on sait qu’aucun critère de compétence ne guide les nominations à des postes de responsabilités. Les Tchadiens doivent trancher le 10 avril 2016, dans moins d’un an.

Partager cet article

Repost 1
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :