Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Par Isabelle Hanne

Le tramadol de contrebande, surdosé, se répand à travers tout le continent africain et même au-delà.

Trafic intense, saisies records, prises excessives : le tramadol fait des ravages, de l’Egypte au Ghana, de Cotonou (Bénin) à Ouagadougou (Burkina Faso). L’abus de ce puissant antalgique, dérivé synthétique de l’opium, est «problématique pour un certain nombre de pays africains, notamment du Nord et de l’Ouest», écrit le rapport 2015 (publié en mars) de l’Organe international de contrôle des stupéfiants (OICS), une agence onusienne. Plus de 43 tonnes de tramadol ont été saisies en 2014 par les services de surveillance portuaire de Cotonou et de Tema (Ghana), précise le document. Entre février et octobre 2012, plus de 132 tonnes ont été saisies au Bénin, au Ghana, au Sénégal et au Togo. Le produit, la plupart du temps en provenance d’Inde (mais aussi de Chine, selon l’OICS), arrive dans des containers maritimes. «Dans un nombre croissant de pays d’Afrique de l’Ouest, le tramadol et certaines substances opioïdes - par exemple des sirops contre la toux contenant de la codéine - sont devenus des drogues très populaires chez les jeunes, écrit Isidore S. Obot, professeur au département de psychologie à l’université d’Uyo (Nigeria) et directeur du Centre de recherche et d’information sur la toxicomanie en Afrique (1). Ceux qui abusent du tramadol ou de la codéine le font parce qu’en quantité suffisante, ils éprouvent une certaine euphorie. Son utilisation peut entraîner une dépendance psychologique et physique dans laquelle les utilisateurs ressentent des symptômes désagréables quand ils essaient d’arrêter d’en consommer.» De son côté, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a constaté «de plus en plus de preuves d’abus de tramadol dans certains pays d’Asie et d’Afrique», et notamment«en Egypte, à Gaza [lire Libération du 19 mai, ndlr], en Jordanie, au Liban, en Libye, à Maurice, en Arabie Saoudite et au Togo». De 120 millions de comprimés en 2011, l’Egypte a déclaré avoir saisi environ 320 millions de plaquettes de ces cachets rien qu’au premier trimestre 2012. D’un pays à l’autre, la législation diffère sur ce médicament même si dans la plupart, il faut une prescription médicale. Mais les comprimés sont facilement disponibles sur Internet, sans ordonnance. Selon l’OICS, le tramadol de contrebande est surdosé par rapport à son cousin européen. Cette «cocaïne du pauvre», utilisée à des fins récréatives ou pour soulager les douleurs de longues journées de labeur, est également détournée de son usage en Europe, où de multiples cas d’addiction ont été documentés, jusque dans les pelotons cyclistes (lire Libération du 2 juillet). En France, depuis 2012, le tramadol est surveillé par l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé. (1) «La Consommation de drogues et ses effets sur les jeunes en Afrique de l’Ouest», The African Journal of Drug and Alcohol Studies, juin 2016. Isabelle Hanne partager tweeter Après cet article Pogbila, marchand ambulant, en consomme beaucoup pour tenir le choc des journées de travail. Burkina Faso Tramadol, les ravages de la «cocaïne du pauvre» partager tweeter 0 commentaires Vous aimerez aussi 18 Célébrités Méconnaissables Sans… funtof Ce jeu va vous garder éveillé toute la nuit! Sparta

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :