Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Désormais, minerais, huile de palme, bois et autres sont transformés sur place. Le Gabon industriel qu’il a proposé à ses concitoyens en 2011 tournait autour de trois axes : Relancer la production pétrolière et optimiser les revenus des hydrocarbures, développer le potentiel minier et ériger une filière de métallurgie propre et promouvoir le développement d’industries de soutien. Pour le premier, le Gabon a, comme ses voisins, souffert de la chute des cours sur le marché international. Mais Ali Bongo aura tenu ses promesses. 237online.com Le 12 juin 2015, le chef de l’Etat inaugurait le complexe métallurgique de Moanda (CMM). Le Gabon rentrait alors dans l’ère de l’industrialisation, après 52 ans d’exploitation brute du manganèse. Le CMM est composé de deux usines pour une capacité de production annuelle de 65 000 tonnes de silico-manganèse et 20 000 tonnes de manganèse métal. La transformation industrielle de ce minerai est d’autant plus bénéfique pour le pays, qu’il en est le 3e producteur mondial avec près de 3,5 millions de tonnes par an. Avant, toute cette production était exportée sans qu’aucune plus-value ne lui soit apportée. «Si nous avons réussi à faire cette transformation en ce qui concerne le minerai de manganèse, nous pouvons le faire dans d’autres secteurs. (...) La transformation locale nous apporte plus de valeur ajoutée», explique Ali Bongo Ondimba. Quelques semaines plus tard, c’est l’usine de transformation d’huile de palme qui accueille le chef de l’Etat. A 60 Km au sud-est de Libreville, et fruit d’un partenariat public-privé, l’usine peut produire jusqu’à 36 000 tonnes d’huile de palme par an. Normal pour des machines qui traitent 45 tonnes de régimes de palmes par heure.

Lire la Suite.

Partager cet article

Repost 0