Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

À la veille de la fin officielle de son mandat, Yahya Jammeh refuse toujours de mettre un terme à ses vingt-deux années de règne. Voyage en schizophrénie sur les terres de ce leader autoritaire.

Il faut d’abord franchir un premier check-point, puis un second. La route, asphalte parfaite sur la terre ocre, serpente au milieu des palmiers et des manguiers jusqu’à l’entrée du village de Kanilai. C’est ici, en plein territoire diola, à un jet de pierre de la Casamance, que l’homme qui règne sur la Gambie a vu le jour, il y a 51 ans. Très attaché à l’endroit, Yahya Jammeh y a fait construire, au beau milieu des champs, un palais, un stade, une arène de lutte, un hôtel et même un zoo. Les habitants, qui ne paient ni eau ni électricité et reçoivent chaque mois, gratuitement, des sacs de riz, des bidons d’huile et plusieurs kilos de sucre, ne tarissent pas d’éloges sur le seigneur local. Mais cela fait des semaines qu’ils n’ont pas vu passer son convoi de 4×4 rutilants aux vitres teintées. Signe que les choses ne tournent plus tout à fait rond pour celui qui était jusqu’à présent le maître incontesté de la petite enclave gambienne.

Partager cet article

Repost 0