Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Par Nadjikimo Bénoudjita.

C'est vrai, il faut en convenir, Deby a été dans son meilleur! Jetant le masque du politiquement correct, il a su s'adresser dans un franc parler inégalable aux Tchadiens dans une excellente rhétorique des caniveaux. C'est normal, à situation pourrie, langage pourri. Faut bien se faire comprendre non! Il y va de l'intérêt du peuple avec grand P. Et ce qui est dit, ma foi, est vrai! Les Tchadiens ont perdu le sens des réalités, depuis 2012. Mais de quels Tchadiens s'agit-il?

Avoir comme unité de compte 1 milliard de FCFA, n'est-ce pas unique, sinon inique comme situation! Parce que soutenir que le milliard était la valeur étalon du franc CFA au Tchad pendant plus d'une décennie, donne tout de même à réfléchir non? Ne le pensez-vous pas? Combien de Tchadiens se classent dans cette catégorie du milliard ou rien?

S'il est vrai qu'il y en a par milliers, centaines ou par dizaines au sein des cercles concentriques du pouvoir, allant du centre ultra itnoïsés aux périphéries patriotiques du salut( ce qui ne fait pas de Deby un menteur, mais un brillant fabulateur pris dans son propre récit) Force est quand même de relever que Déby a fini par confondre le commun des tchadiens, celui qui casse du gravât et mange du diyé pour survivre, au cercle des privilégiés qui l'entourent et qui l'encensent à longueur de journée. Le pôvre! Pendant toutes ces années il n'a rien vu venir malgré tous les holàs de la société civile. Parce que son peuple avec grand P, celui des milliardaires du pétro CFA, n'est pas le peuple avec petit p de Diguel, Mardjan Dafak, Moursal, Walia ou Am toukougne, qui n'a rien à foutre, ni de ses 25 000 ni de ses 60 000 F de SMIG. Parce qu'il n'en a jamais vu les couleurs. Ce peuple majoritaire, celui des statistiques de la pauvreté et de la misère a toujours vécu à la marge du peuple des statistiques de la croissance.

Mais tout ceci n'enlève rien, ni à la force du discours, ni à son caractère définitivement révélateur et édifiant de l'orateur. Un discours cru, sinon cruel, arrogant et insolent, digne d'un dictateur qui se fout des textes, constitution, lois, décrets et qui dit ouvertement ce qu'il en pense: Kat kat sakit, traduisez, de vulgaires papiers qu'il peut froisser, s'asseoir dessus ou pire...

Un discours révélateur qui jette le masque et révèle ce que Déby a toujours été, un voyoucrate.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :