Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Par Nadjikimo Bénoudjita.
Le OK...
Pogo Village, 15h...C'est le bal à papa, le grand rendez-vous dominicain des groovers N'Djamenois des 30-60 ans.
La piste est bondée. Les woofers Installés contre 4 des des 6 piliers qui soutiennent une voûte immense, aboient des décibels dont les graves font vibrer des tripes déjà malmenés par des cocktails de mararas pimentés et d'alcool.Le morceau qui passe, un tube de Djorio, une star sur les 2 rives du Logone, du Tchad au Nord Cameroun
Mass, sanglé dans une saharienne beige, les yeux cachés par de grosses lunettes noires, essaie, depuis l'entrée étroite du bar dancing, de localiser Hamid. La tache n'est pas évidente. Les tables sont installées en cercle, autour de la grande piste, dans des carrés d'espaces isolés, les uns des autres, par des haies vives de 40 cm de hauteur. Il décroche son téléphone et parle tout en balayant du regard tous les carrés. Pas de Hamid. Pourtant, au téléphone, il entend confusément sa voix, dominée par la musique, focussant son regard sur la piste, il aperçoit ami,son phone collé à l'oreille, trempé de sueur et gigotant de toutes ses forces au sein d'un cercle de danseurs, histériques. ''Je suis à Pogo Village! Tu es où? Viens vite, c'est chaud ici'' finit-il par entendre. Il avança vers le cercle de Hamid qu'il franchit, pour donner à ce dernier une tape sur l'épaule.
Se retournant, Hamid comme s'il venait d'apercevoir le messie, se jeta sur lui, criant de toutes ses forces: '' Mas des Maaaass! le grand Mass! Le plus grand des plus grrands! Avant qu'il ne réussisse à quitter l'étreinte de son ami, deux bras le serrèrent à la taille, se baladant sur son bas ventre, tandis qu'en même temps, du dos, il est plaqué par une masse, dont les rondeurs firent frémir ses sens. Un parfum l'envahit, envoûtant. En grand garçon, il réussit à desserrer les tentacules de la poulpe et suivit son ami, qui leur frayait un chemin vers sa table.
-Mass, à peine assis: ''Du whisky, yakaye, une bonne dose de scotch, lança-t-il à Hamid. Puis serrant ses mâchoires, il il baissa la tête et pressant fiévreusement son front des doigts, il se mit à renifler. Hamid qui lui servait son scotch attendait le toop, signalant le niveau de la dose. Mais le ver faillit déborder et, se retournant, il vit que des larmes coulaient des yeux des Mass.
-Hamid: Y a quoi, ? Schounou kahn? Se levant pour se diriger vers la porte.'' Écoute, j'appelle les potes, si quelqu'un t'a fait rôgne là, il saura qu'on ne blague pas avec mon ami'' Mais rapidement, Mass l'agrippa de la main gauche et l'obligea à se rasseoir, en même temps qu'il avalait, en deux rasades, le verre plein des JB.
-Mass, essuya les traces de larmes, fixa son ami dans les yeux et se jeta sur lui, le serrant de toutes ses forces. ''Hamid, j'allais te quitter.!..Tu n'allais plus me voir mon pote, mon vrai des vrais! J'ai failli mourir!
-Hamid, lui versant un autre verre plein de scotch et se servant lui aussi. En sanglotant lui même: ''Calme-toi Yakaye! Calme-toi, raconte! qu'est-ce qui s'est passé.
- Mass'' Attends, une minute''. Il s'efforça de sourire, avala, cette fois, doucement une gorgée de scotch qu'il semblait savourer: Il expira profondément '' Hamid, la vie n'est rien du tout! J'ai failli mourir, là, comme ça! Comme ça yakaye! Ce chien de chauffeur de bus ! Hum!!! Wouah laaaye, n'aktoulah, je vais le tuer! Ce chien! Farak, houmar woualaaye, un salaud!
-Hamid: Un bus? Tu es venu en bus? Et ta voiture?
-Non Hamid! Je ne suis pas venu en bus, j'ai pris la moto de ma femme. A cause des contrôles, le OK! J'ai laissé ma voiture, à la maison. C'est comme ça qu'en arrivant, juste au carrefour créole ici, là! Un bus m'a fait une queue de poisson. Huummm! Môôvêêêhê! Krrap! , il a freiné. Par réflexe, je me suis retrouvé sur le parterre bitumé au centre. Montrant ses genoux écorchés, le pantalon déchiré. Je te dis, le salaud! Il a démarré et est parti. Derrière moi, y avait une benne de graviers! Les douze roues là... Woua laaaye! J'ai vu la mort comme ça!! Le klando qui transportait une femme avec son enfant au dos, écrasés yakaye! E cra zéééé!!! Comme des insectes. Wakit dà, tu entendais seulement que ton vieux Mass se trouve à la morgue.'' Avalant une autre gorgée de whisky'' Mon frère la vie n'est rien!
-Hamid: Tout ça à cause du OK! Cette escroquerie de Bachir et de Déby! Comment quelqu'un va payer tous les papiers de circulation: Douane, visite technique, assurance, vignettes, et on va encore inventer un papier qui s'appelle le OK, Si ce n'est pas le Tchad!
-Mass: '' C'est vrai que c'est le Tchad. Un jour, on va demander acte de naissance et certificat de décès pour circuler dans ce pays. Sers-moi à boire yakaye

Na-ni: Les potins de Moursal

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :